Programmation en cours
MUSIQUE / Vendredi 7 octobre – 20h00

L’espoir – Orly chante Léo Ferré

Partenariat ville d’Aulnoye-Aymeries et Le Manège Maubeuge
Comme une figure tutélaire, le grand Léo Ferré accompagne le trio depuis ses tout débuts, en 2016. Aussi, Samuel Veyrat, Xavier Bussy et Ian Zielinski d’Orly ont-ils choisi de lui consacrer leur second spectacle.

Photo Vincent Lootens

Il faut dire que trente ans ou presque après sa disparition, l’auteur-compositeur-interprète anarchiste reste, pour bon nombre d’artistes, une référence, une influence, mieux : un mentor. Une immense figure de la chanson française, à la fois artiste radical, poète engagé et compositeur en avance sur son temps.
Aujourd’hui, au-delà de la simple série de reprises-hommages, Orly a réussi le pari de fusionner son univers bouillonnant à celui, très singulier, de Léo Ferré… En résulte un spectacle quasi-théâtral, dans lequel le trio se livre corps, âme et tripes dans des interprétations très personnelles, parfois proches, souvent lointaines, mais toujours poétiques. Le tout porté par la voix écorchée vive de Samuel Veyrat, qui donne aux textes intemporels de Ferré une sensibilité nouvelle. Du sur-mesure pour démarrer la saison
au Théâtre Léo Ferré.
Durée 1h30

Teaser ORLY Festival d’Avignon 2022
RencArt – Présentation de la saison dans le hall du Théâtre Léo Ferré à 19h00 – entrée libre
Tarif : 9€

____________________________________

THEATRE / Mardi 15 novembre – 20h00

Des château qui brûlent – Cie Le Festin

Partenariat ville d’Aulnoye-Aymeries et Le Manège Maubeuge
Un abattoir de poulets au bord de la liquidation, un secrétaire d’État pris en otage, des salariés pétris de colère mais aussi d’espoir, le décor est planté. Des châteaux qui brûlent (éd.Verticales), le formidable roman d’Arno Bertina, trouve ici une nouvelle vie.

Dans cette version scénique imaginée par l’auteure et la metteure en scène Anne-Laure Liégeois, le rapport au corps et à la parole ne pouvait être mieux interrogé. Loin d’opposer opprimés et dirigeants, ce huis-clos dans cette usine bretonne marque la volonté d’ouvrir à la lutte toutes les intelligences, sans nier d’aucune façon la réelle tragédie d’une situation sociale délitée et les affres du système néo-libéral.
Coutumière des écritures contemporaines, Anne-Laure Liégeois poursuit une démarche théâtrale et politique qui veut faire entendre la voix de chacun. Des châteaux qui brûlent offre la possibilité de restaurer un dialogue toujours surprenant, où le sens de la fête et de la poésie restent inhérents aux combats les plus âpres. C’est dans ce tourbillon de questions, d’idées, de désirs que l’otage en vient à participer à son propre enfermement, comme pour nous rappeler que la contradiction n’est pas
forcément un renoncement, bien au contraire. Peut-être nous rend-elle quelquefois simplement humains ?
Durée non-communiquée

Distribution en cours
Alvie Bitemo,
Sandy Boizard, Olivier Dutilloy, Anne
Girouard, Marie-Christine Orry,
Charles-Antoine Sanchez, Agnès
Sourdillon, Assane Timbo, Olivier
Werner, Laure Wolf…

RencArt – Rencontre en bord de scène avec l’équipe artistique à l’issue de la représentation
Tarif : 9€

_____________________________________

THEATRE / Jeudi 1er décembre – 20h00

Antigone – Cie Kisa Mi Lé

Partenariat ville d’Aulnoye-Aymeries et Le Manège Maubeuge
 » Antigone, c’est l’État qui se bat contre l’extrémisme, le fanatisme et une citoyenne qui se bat contre la loi de l’État. Créon et Antigone sont persuadés d’avoir la vérité et quand il n’y a pas de dialogue, ça se termine en tragédie. « 

C’est par ces mots que le comédien et metteur en scène réunionnais Daniel Léocadie a exprimé la nécessité de revisiter la tragédie de Sophocle, tant ses thématiques restent d’actualité. Et d’en imaginer une version ancrée dans les traditions réunionnaises, bien vivantes. Avec son ami et co-metteur
en scène Jérôme Cochet, ils se sont emparés de la nouvelle et vibrante traduction de Florence Dupont.
L’espace de jeu s’inspire des combats de coq, où dans un cercle de terre central, les personnages confrontent leurs points de vue. Ils ont choisi le moringue et le Maloya, traditions réunionnaises de chant et de danse, pour la partition du choeur antique. Et qui d’autre que Danyel Waro, poète et militant réunionnais, pouvait incarner cette musique, née de la souffrance et de l’asservissement des opprimés ? À la beauté de chaque chant se mêlent le créole et le français des comédiens, en parfaite harmonie avec toutes les facettes de la mythologie grecque.
Durée 2h10 – Public + de 13 ans

Mise en scène
Daniel Léocadie et Jérôme Cochet
Distribution
Jean Amemoutou, Jonathan Camillot,
Jacques Deshayes, Didier Ibao, Lasa
Ibao, Claudy Jallia, Daniel Léocadie,
Leone Louis, Sabine Deglise, Lolita
Tergemina et Danyel Waro

RencArt – Rencontre en bord de scène avec l’équipe artistique à l’issue de la représentation
Tarif : 9€

_____________________________________

THEATRE / Mardi 6 décembre – 14h00 (scolaires) et 20h00

Shahada / Il y a toujours un ailleurs possible

Partenariat ville d’Aulnoye-Aymeries et Le Manège Maubeuge
En arabe, Shahada signifie « témoigner » ou encore « attester ». Fida Mohissen livre ici un texte très personnel. Né en Syrie en 1971, la guerre l’oblige à se réfugier sur le Mont Liban puis à entamer une nouvelle vie à Damas, en 1976. Très vite, il intègre le parti Baas pour lequel il écrit tout en y suivant une formation théâtrale, puis monte sa propre troupe. La plupart de ses créations seront jouées au Théâtre National de Damas. Mais c’est à partir de 1992, plusieurs fois invité par la France au Festival
d’Avignon, que son destin va prendre un véritable tournant.

Après tant d’années vouées à la lecture et aux écrits idéologico-religieux, la découverte de l’Occident met à l’épreuve ses propres croyances. Shahada est un récit intime autour de deux personnages dont les mondes s’affrontent sans se renier ; celui d’un jeune homme syrien qui aurait pu suivre les tentations de la radicalité, et celui qu’il deviendra, auteur et metteur en scène vivant en France et dirigeant un théâtre en Avignon.

De Fida Mohissen
Mise en scène François Cervantes
Assistanat à la mise en scène Amandine du Rivau
Avec Fida Mohissen et Rami Rkab

RencArt – Rencontre en bord de scène avec l’équipe artistique à l’issue de la représentation
Tarif 9€

____________________________

MUSIQUE / Vendredi 13 janvier – 20h00

Bach, Mozart, Tchaïkovski – Orchestre Royal de Chambre de Wallonie

Partenariat ville d’Aulnoye-Aymeries et Le Manège Maubeuge
L’Orchestre Royal de Chambre de Wallonie est ici au complet pour interpréter ce programme festif, ciselé pour démarrer l’année sous les meilleurs auspices. De Bach à Tchaïkovski, il a choisi des chefs d’oeuvres du répertoire classique, susceptibles de transporter même les auditeurs les plus rétifs.

L’Air sur la corde de sol, extrait de sa suite orchestrale no3 en ré majeur BWV 1068 (Sarabande en 5 mouvements), est l’un des airs les plus célèbres de Bach et, sans exagération, de toute la musique occidentale. Plus gai, le Divertimento K. 136 de Mozart, qu’il compose à seize ans seulement, intègre des éléments du style galant italien, caractérisé par des mélodies légères et insouciantes, contrastant volontairement avec l’austérité de la période précédente (celle de Bach, justement). Lui aussi inspiré par
l’Italie, Tchaïkovski signe avec Souvenir de Florence un fougueux sextuor baigné de soleil italien, dont la partition recèle quelques bijoux. Un moment de musique fédérateur, qui place 2023 sous le signe de la lumière et de la beauté. What else?
Durée 1 h 00

Photo (recadrée) Rino Noviello

Direction Vahan Mardirossian
Programme
Jean-Sébastien Bach, Aria de la Suite n°3 en ré majeur BWV 1068
Wolfgang Amadeus Mozart,
Divertimento n°1 en ré majeur K. 136
Piotr Ilitch Tchaïkovski, Souvenir de Florence

Tarif 9€

_____________________________

DANSE / Mardi 17 janvier – 20h00

Deep River – Alonzo King Lines Ballet

Partenariat ville d’Aulnoye-Aymeries et Le Manège Maubeuge
Chorégraphe américain visionnaire, Alonzo King fonde sa compagnie en 1982 avec le désir de créer des ponts entre la danse classique et la création contemporaine. Avec des danseurs à la technique irréprochable, il crée des pièces vibrantes, virtuoses et élégantes, qui se nourrissent toujours à de multiples sources culturelles.

Sa dernière création, Deep River, trouve l’inspiration dans la musique spirituelle des traditions africaine et juive (interprété en live par Lisa Fischer) et les lieux inattendus et isolés où la compagnie a été contrainte de répéter durant la pandémie. Comment surmonter les temps difficiles sans perdre la foi, en soi et en les autres ? Deep River est un appel à garder espoir, à faire fleurir le lotus dans la boue. Et à se regarder les uns les autres comme une famille d’âmes. Une pièce écrite avec le cœur, une lettre d’amour à un monde qui se tord de douleur, servie par des danseurs exceptionnels. Une pièce humaniste et d’une grande beauté.
Durée 1 h 00

Photo RJ Muna

Chorégraphie Alonzo King
Voix Lisa Fischer

Avec les danseurs du Alonzo King LINES Ballet (distribution en cours)

Tarif 9€

________________________________

DANSE URBAINE / Samedi 28 janvier – 20h00

Dancin’ Harmony – Secteur 7

Partenariat ville d’Aulnoye-Aymeries et Le Manège Maubeuge
12ème édition de ce concours / tremplin proposé par Secteur 7 à l’invitation du Manège, qui révèle chaque année les nouveaux talents de la danse urbaine.

Cette année, les groupes, troupes et compagnies viendront de très loin pour donner à voir hip hop, breakdance, popping ou house dance. La crème de la crème de la région mais aussi de Paris, Bruxelles et Dijon se donne ainsi rendez-vous sur la scène du Théâtre Léo Ferré, pour une prestation de haut vol. Les danseuses et danseurs soumettront leur performance au vote d’un jury professionnel. À la clé : un Money Prize et une mini-tournée. Et cette année, un invité surprise clôturera la soirée avec un extrait de son spectacle. Un RDV explosif à ne manquer sous aucun prétexte.
Durée 2 h 00

Photo Secteur 7
Tarif 9€

___________________________________

THEATRE / Mercredi 1er mars – 20h00

Reporters de guerre – Sébastien Foucault

Partenariat ville d’Aulnoye-Aymeries et Le Manège Maubeuge
Aujourd’hui, la guerre est revenue en Europe et les médias du monde entier, 24h sur 24, nous en relatent les massacres. Dans quelques années, qu’en retiendrons-nous réellement ? De la même façon, 25 ans après le siège de Sarajevo et les atrocités commises à Srebrenica et Tuzla, que nous reste t-il des guerres en ex-Yougoslavie ? Et comment tenter d’en faire représentation ? C’est toute la question du comédien belge Sébastien Foucault, longtemps compagnon de route du metteur en scène suisse Milo Rau, qui choisit une forme documentaire pour faire vivre un théâtre du réel.

Après avoir mené dans un premier temps ses propres investigations à Sarajevo et à Zagreb, il s’inspire de plusieurs reportages de Françoise Wallemacq, reporter pour la RTBF, avant de retourner sur place avec elle. Dans Reporters de guerre, c’est sur scène que nous la rencontrons. À ses côtés, une journaliste bosnienne devenue actrice et directrice artistique du Théâtre nationale de Sarajevo et un attaché de presse dans l’humanitaire devenu marionnettiste. Ensemble, ils donnent bien plus que le récit d’anciens reportages, transformés ici en objets artistiques. Afin que la violence et la douleur ne soient pas simplement une réminiscence commémorative, mais une invitation au vivant à partir de mémoires collectives.
Durée 2 h 00 – Public + de 16 ans

Mise en scène Sébastien Foucault
Écriture Sébastien Foucault, Julie Remacle et ensemble
Jeu Françoise Wallemacq (journaliste), Vedrana Božinović (comédienne), Michel Villée (comédien & marionnettiste)

Cabaret de curiosités – Une proposition du Manège Maubeuge, dans le cadre du Cabaret de curiosités, proposé par le Phénix, scène nationale pôle européen de création Valenciennes
Tarif 9€

____________________________

DANSE / Mercredi 15 mars – 20h00

Entropie – Léo Lérus / Zimarel

Partenariat ville d’Aulnoye-Aymeries et Le Manège Maubeuge
Le chorégraphe guadeloupéen Léo Lérus apparaît depuis une dizaine d’années comme une signature singulière dans le monde de la danse contemporaine. Interprète notamment pour la Batsheva Dance Company, il montre dans ses chorégraphies un attachement aux traditions caribéennes. Léo Lérus crée une gestuelle inspirée du Léwòz, danse guadeloupéenne mariée au Gwo-Ka, langage musical d’origine africaine né lors de la traite des Noirs, principalement joué avec des tambours. On retrouve dans ses chorégraphies la physicalité de ces danses dans ce qu’elles ont de plus contemporain.

Ici, ses quatre interprètes alternent, avec fougue et sensualité, quatuors telluriques rythmés par des percussions, duos fluides sur des partitions minimales et performances sculpturales découpées dans la lumière blanche. Entropie s’inspire de ce concept utilisé en thermodynamique et qui évalue le désordre lié à la production d’énergies. Lérus le revisite à l’aune de celles déployées par ses danseurs. Reliés par des capteurs aux sources lumineuses et sonores, ils créent un « désordre vivant », éblouissant et magistral.
Durée 55 min – Prix du public – Concours PODIUM

Chorégraphie Léo Lérus en collaboration avec les interprètes
Concept Musical Léo Lérus et Gilbert Nouno
Dispositifs interactifs sonores et lumières Gilbert Nouno
Danseurs Ndoho Ange, Maëva Berthelot, Léo Lérus, Shamel Pitts

RencArt – Rencontre en bord de scène avec l’équipe artistique à l’issue de la représentation
Tarif 9€

_________________________

MUSIQUE / Vendredi 26 mai – 20h00

Trio Mademoiselle – Rodolphe Burger / Sofiane Saidi / Mehdi Haddab

Partenariat ville d’Aulnoye-Aymeries et Le Manège Maubeuge
Mademoiselle, c’est un  » Supergroupe  » (en anglais All Stars Band) formé par Sofiane Saidi, Rodolphe Burger et Mehdi Haddab. Né de leur concert commun à la Dynamo de Pantin, ce projet se situe à l’exacte intersection de leurs cheminements musicaux : sur les rives historiques du blues et du raï. Ces trois-là avaient déjà croisé le fer à plusieurs reprises, mais Mademoiselle prend aujourd’hui réellement son envol.

Sofiane Saidi, surnommé « le prince du raï 2.0 », Mehdi Haddab, oudiste électrique, et Rodolphe Burger, bluesman fondateur du groupe légendaire Kat Onoma. En guise de point de départ à leur collaboration inspirée, la chanson rock « I drink alone » de George Thorogood (1985) qu’ils veulent transformer en raï. Le ton est donné, la suite sera du même acabit, à la fois « dark », joyeuse et festive, profonde, intense, pleine d’ivresse. Le blues et le raï se mélangent à merveille et nous transportent, le temps d’une soirée, dans des contrées inexplorées.
Durée 1h30 – Dans le cadre du festival iTAK

Photo Jack Torrance
Extrait Mademoiselle | Confinement méditerranéen | Plumm
Tarif 9€

____________________

Infos et billetterie

Théâtre Léo Ferré

Rue du Foyer – Aulnoye-Aymeries
Tél. 03 27 66 65 45
Service culturel 03 27 53 63 79


Le Manège

Rue de la Croix – Maubeuge
Tél. 03 27 65 65 40
billetterie@lemanege.com
Billetterie en ligne