Saison culturelle 2017-2018

Une nouvelle saison culturelle hors des murs du théâtre Léo Ferré en travaux. Dès la rentrée, elle sera enrichie d’autres spectacles, concerts et séances de cinéma.

Mardi 05 et mercredi 06 décembre à 20h00
Au 232U – La Florentine
Théâtre : Mi Sa Che Fuori E La Primavera
Par Gaia Saitta & Giorgio Barberio Corsetti
En partenariat avec Le Manège
C’est l’anniversaire d’Irina, comme dans le début des trois soeurs de Tchekhov. Les spectateurs sont accueillis comme s’ils étaient les invités, les mais d’Irina. Cet anniversaire est particulier. Irina a décidé de le fêter, avec comme but d’assembler les morceaux de sa vie. Elle est prête à la faire, mais pas toute seule. Elle a besoin d’aide.
Adaptation théâtrale inspirée d’un triste fait divers italien, Mi sa che fuori à primavera (Je crois que c’est le printemps) cherche à construire un dialogue avec les spectateurs. Sur scène, Irina retrouve dans le public les personnages principaux de l’histoire de sa vie. L’enquête se construit, les mots sont habités par les protagonistes du soir, l’histoire se fait en direct sur le plateau. De cette rencontre jaillissent sur scène et dans nos coeurs d’inattendues ouvertures vers la vie et l’amour.

Mardi 23 janvier à 20h00
Au 232U – La Florentine
Danse : Happy hour
Par la Cie Wooshing Machine
En partenariat avec Le Manège
Mauro Paccagnella et Alessandro Bernardeschin, amis de longue date, explorent ce que signifie être vivant et d’être sur scène. Ces deux compères facétieux et drôles aiment jouer avec le vrai et le faux pour détourner les codes des arts de la scène.
Ce spectacle expérimental, parfois hilarant, porte sur l’art, la culture, les souvenirs, et la masculinité. Une heure, un acte, dix tableaux chorégraphiques, suffisent aux deux danseurs repérés par Caterina Sagna pour rendre hommage à la danse partagée et au temps qui passe. Un acte chorégraphique exécuté par deux corps qui ont vécu le même nombre d’années, deux danseurs italiens émigrés qui ont presque le même poids, la même calvitie et les mêmes rides. Un temps au-delà du quotidien, où le jeu se pose sur un fil tendu entre danse et amitié, fiction et réalité. Une heure seulement pour s’interroger sur cet espace où l’affection et la bienveillance se déploient et s’expriment, ce lieu où la représentation entre en relation avec le réel.
« Leur amour du métier, leur façon de pousser le bouchon de l’invention gestuelle toujours plus loin que prévu, réjouissent et émeuvent tout à la fois «  – Le Monde

Mardi 13 février à 20h00
Au 232U – La Florentine
Théâtre : Le Corridor
Par Benshi Angers
En partenariat avec Le Manège
A la manière des benshi – conteurs japonnais qui commentaient les films à l’époque du cinéma muet – Patrick Corillon projette et commente les pages d’un livre qu’il a lui-même dessiné. Il conte ainsi une histoire intime ponctuée de souvenirs de famille et de légendes lointaines invitant le spectateur à un voyage poétique et graphique. le passage du livre à l’écran se fait grâce aux techniques les plus contemporaines (images animées interactives), et cherche à donner à son récit le même esprit d’inquiétante étrangeté qui hantait les premières séances de lanternes magiques ou de cinéma muet.

Mercredi 14 février à 20h00
Au 232U – La Florentine
Théâtre : Le Corridor
Par Les Images Flottantes
En partenariat avec Le Manège
Durant une heure, ce projet raconte l’histoire d’un petit garçon transporté dans le monde des images. Il apprendra, grâce à un stage d’initiation à la peinture au Musée d’Art moderne de la ville de Paris, à sortir de lui-même et en quelque sorte à sortir du cadre pour découvrir le monde. Tout part d’un souvenir, matérialisé par quelques éléments importés dans la salle du musée : un lutrin et quatre boîtes, quelques carrés noirs sur lesquels sont placées des croix blanches. Ces croix, semblables à celles utilisées pour marquer sur les scènes de théâtre la position des comédiens ou des décors, deviennent un point d’accroche que l’artiste utilise pour capter le regard et démarrer son récit. les images flottantes – 60 minutes pour rentrer dans le cadre, propose une véritable déclaration d’amour à la peinture, à travers les yeux d’un enfant. La performance provoque un dialogue intime avec les oeuvres issues des collections muséales et intensifie de la sorte le regard porté sur la peinture.

Mardi 20 mars à 20h00
Au 232U – La Florentine
Concert : Rodolphe Burger
En partenariat avec Le Manège
Si Rodolphe Burger s’est extrait pendant une petite dizaine d’années de la production de disques, le musicien n’a jamais vraiment quitté la scène artistique. il a multiplié les collaborations scèniques et théâtrales. Avec  » Good « , il signe le retour d’un rock parfois qualifié d’élitiste.  » C’est un événement heureux, dit-il, mais je ne l’ai pas vraiment fait tout seul, il y avait les musiciens de mon trio et Christophe Calpini « . Du rock français rythmé par une guitare sombre et une voix détachée où se croisent multiples influences, du post punk au folk. les douze morceaux de l’album signent un disque profondément sensuel où des voix surgissent de très loin. Un truc de  » shaman « , murmure Burger en parlant de Calpini.

Infos service culturel
Mairie
Tél. 03 27 53 63 79

 

Car podium gratuit : Indra
Samedi 19 août à 20h45
Place de la Marbrerie

Danse : Happy hour par la Cie Wooshing Machine
Mardi 23 janvier à 20h00
Au 232U – La Florentine

 

Du 12 au 20 août
Festivités > Fête foraine
Centre ville

15 août
Festivités > Braderie
Centre ville

>> Cet été dans la ville