Réseau Précarité Santé Mentale

« La précarité dans l’Avesnois c’est notre quotidien à tous. Sans vouloir brosser un tableau noir, force est de constater que nous détenons l’un des taux de chômage les plus élevé de France qui a pour conséquence une fragilisation croissante de la population. De plus en plus d’habitants sont à la dérive. Lors de mes permanences je me demande, parfois, si je ne suis pas un peu psy…  » En quelques mots, Bernard Baudoux, Maire d’Aulnoye-Aymeries a bien planté le décor de cette rencontre initiée par le Réseau Précarité Santé Mentale de Sambre-Avesnois Thiérache. En effet, parce que l’aide sociale et le soutien psychologique vont souvent de paire, il est indispensable que les acteurs sociaux et les équipes médicales se connaissent pour apporter une aide efficace aux personnes en détresse. C’est la raison d’être de ce RPSM.

Bernard Baudoux voit dans ce réseau comme dans les nombreux projets de sa ville des raisons d’espérer car il montre «  que notre région n’est pas résignée, qu’elle se bat « . Chacun à son poste peut apporter sa pierre à la reconstruction de ce territoire. Ce n’est pas facile, il faut du temps. Vingt ans c’est beaucoup pour un Homme mais pour l’Humanité ce n’est rien. C’est de l’avenir et immanquablement de l’humain que viendront la lumière. M. Westerman, directeur de la stratégie de l’Agence régionale de santé, ne dit rien de moins en affirmant que la corrélation économique est évidente entre la santé mentale et les perspectives d’avenir.

Le réseau joue donc un rôle de service public, on pourrait même dire de salubrité public. En Sambre-Avesnois Thiérache quarante-cinq services adhérent à ce réseau. Il a le mérite de mettre en synergie les différents acteurs et structures qui avaient tendance à se renvoyer la balle. Aujourd’hui, chacun est à l’écoute de l’autre et surtout travaille main dans la main pour aider les personnes en grande précarité.

L’intervention du docteur Revillon, médecin psychiatre dans le Valenciennois apporte un éclairage sur l’utilité du réseau :  » il y a souvent des malentendus entre les différents services concernant la notion de souffrance psychique. Quand on n’a plus de femme, de logement, quand ses enfants sont placés, on est forcément mal… Le travailleur social constate que cet individu souffre alors de troubles ou de désordres mentaux mais pour le psy ce n’est pas un malade « . La nécessité de dialoguer et de structurer l’aide grâce au Réseau Précarité Santé Mentale apparaît indispensable à la lumière de ce témoignage qui n’est qu’un cas parmi d’autres… L’objectif étant bien d’améliorer l’aide aux victimes. Qu’on se le dise, le RPSM est ouvert à toutes les bonnes volontés.

Contact
Lydie Leroy
lydie.leroy@fnarsnpdc.com
En savoir plus sur les RPSM en Nord-Pas-de-Calais > Site web FNARS

 



Cinéma : Les gardiennes
Mercredi 17 janvier à 20h00
Médiathèque Pierre Briatte – Auditorium

 


Danse : Happy Hour
Mardi 23 janvier à 20h00
Au 232U – La Florentine

 

Samedi 06 janvier
HAND D2F > SAHB / Aunis La Rochelle Perigny
Salle Lempereur à 20h30

Samedi 20 janvier
BASKET NF1 > ASA / La Glacerie
Salle Mandela à 18h30

>> La saison culturelle