Rencontres 2015

Après la musique, la femme, le spleen, l’Espagne, la mer… des thèmes abordés lors des précédentes éditions, les 10ème Rencontres Léo Ferré ont choisi, cette année, un sujet majeur : « Les pouvoirs ». Mais au-delà du thème, l’équipe du Centre Léo Ferré et la Municipalité ont réaffirmé leur admiration à l’artiste et leur volonté de faire aboutir le projet de création d’un espace dédié à l’œuvre de Léo Ferré.

« Une pensée pour Pierre Briatte grand défenseur de la Culture qui a été l’une des figures avec Bernard Baudoux, alors adjoint au maire, de la rencontre avec Léo Ferré » rappelle d’emblée Jean Durieux, adjoint à la Culture, lors de la présentation des rencontres. Effectivement, l’histoire d’amour entre la ville et l’artiste ne date pas d’hier. Elle est née un jour de concert, en févier 1981. Une amitié scellée deux ans plus tard quand Léo Ferré reviendra inaugurer le théâtre qui porte son nom. Le seul de son vivant.

Depuis, chaque rencontre revêt une émotion toute particulière pour Bernard Baudoux : « C’est des petits bonheurs simples de vous accueillir, de voir Marie Ferré, parce que l’on partage des valeurs, des choses fortes qui nous rassemblent ». Les Rencontres sont à peine commencées que déjà les regards sont tournés vers 2016 et le centième anniversaire de la naissance de Léo Ferré. Pour Jean Durieux : « La ville et le Centre Léo Ferré entendent bien donner un éclat particulier à cet événement qui doit nous offrir l’occasion de passer à une étape supérieure ». En effet, la ville ne renonce pas au projet de construction de son Centre Européen de recherches et de ressources autour de l’œuvre de Léo Ferré. Mais, la solution devrait venir du mécénat.

Léo Ferré et les pouvoirs

Dans l’espace réservé à Léo à la Médiathèque Pierre Briatte, Robert Horville, maître de conférence a justifié le choix du thème : « Léo Ferré a toujours été opposé à tous les pouvoirs quels qu’ils soient, aussi bien politiques, judiciaires que religieux ou financiers ». Parfaite introduction à la conférence qui évoquera le lendemain les révoltes de l’artiste contre les pouvoirs totalitaires et autoritaires en Amérique du Sud, en France envers De Gaulle ou en Espagne contre le général Franco avec cette citation puissante : « Et toi tu ne fais pas de littérature, t’es pas Lorca, t’es sa rature ». Une révolte violente accompagnée souvent d’un grand lyrisme.

Côté spectacles

Concerts, projection, discussions, réflexions sont le lot des Rencontres. Côté scène, Jean-Baptiste Mersiol, Roberto Nardin et Nathasha Bezriche ont été les « porte-voix » de Ferré. Côté expo, Patrick Détrain, ancien journaliste et « pilier » du centre Léo Ferré a monté, pour l’occasion, une exposition sur l’environnement du poète à l’aide de photographies, de vieux disques, de livres d’éditions originales, de textes : « Modestement j’ai créé une expo qui permet d’être en immersion chez Léo Ferré ».

Comme à son habitude, Maire Ferré est restée discrète mais très attentive. Elle est le plus précieux des soutiens aux Rencontres et au projet.


Remerciements à Catherine Détrain pour notamment les photos des spectacles

Nuits Secrètes : Julien Doré
Samedi 29 juillet
Grande scène



Nuits Secrètes : Mat Bastard
Dimanche 30 juillet
Grande scène

 

Dimanche 09 juillet
FESTIVITES > Brocante & animations
Place du 8 mai

Jeudi 13 juillet
FESTIVITES > Animations & Feu d’artifice
La Florentine

>> Festival Les Nuits Secrètes