Edition 2012 / Rencontres Léo Ferré

Timide et discrète, Marie Ferré n’aime pas les longs discours. Non pas qu’elle ne maîtrise pas la langue française, au contraire cette Italienne la parle sans accent. Non, avec Marie Ferré, c’est par le regard que tout passe. Alors vendredi 16 mars lorsqu’elle a dévoilé la photo qui orne désormais l’Espace Léo Ferré de la Médiathèque, c’est dans ses yeux qu’il fallait lire toute l’émotion et la fierté qu’elle ressentait. A ses côtés, Bernard Baudoux ne cachait pas lui non plus son émoi. « Si Léo nous regarde de là-haut, il doit être très heureux dans son cœur ».

De fait, c’est un véritable plébiscite que lui offre depuis 7 ans, la ville d’Aulnoye-Aymeries et la septième édition des rencontres Léo Ferré à peine terminée, on peut d’ores et déjà parier que l’histoire ne fait que commencer. Cet Espace Léo Ferré préfigure, en effet, la création d’un centre de ressources et de diffusion d’ampleur européenne. Comme le maire l’a annoncé, l’espace rejoindra le Pôle régional de musiques actuelles et lui donnera une assise « Chanson Française ».

A terme, chercheurs, passionnés, étudiants français et européens y trouveront des supports inédits offerts par la famille Ferré, des enregistrements, des partitions…. Bref, un espace « en mouvement » et bien vivant à l’image de l’œuvre de Léo. C’est la mission que se sont fixé les membres de l’association Léo Ferré et notamment Marc Maille, son actuel président. Le reste du week-end fut à l’image de cette inauguration émouvante. Sur la scène du Théâtre Léo Ferré (inauguré en 1983 par le chanteur lui-même), Franscesca Solleville et JeHan ont, deux heures durant, puisé dans l’œuvre colossale de l’anarchiste au grand cœur.

Le samedi et après avoir planché sur le « mysticisme athée » du poète engagé, c’est Philippe Guillard qui donnait de la voix dans une brasserie de Monceau-Saint-Waast pleine à craquer. Enfin, cerise sur le gâteau, Catherine Lara, invitée le dimanche par le théâtre du Manège, n’a pas failli à sa réputation. Violon et voix puissante, l’artiste a pris plaisir à reprendre quelques airs « de ce chanteur de blues » que fut, selon elle, Ferré. Bref, un week-end « extra », un « moody blues » bien balancé pour un parterre de passionnés qui laisse un goût de reviens-y



Retour sur les Nuits Secrètes : 33 000 festivaliers réunis autour de 50 artistes


Danse : Happy hour par la Cie Wooshing Machine
Mardi 23 janvier à 20h00
Au 232U – La Florentine

 

 

Samedi 2 septembre
Commémoration > Libération d’Aulnoye
Départ du défilé place Matisse à 16h30

Dimanche 3 septembre
Solidarité > Balade d’Ophélie
La Florentine

>> Cet été dans la ville