Centre ville : Ouverture du E. Leclerc

inauguration E Leclerc 5Mardi 11 mars 2014, c’était l’inauguration, le grand soir qui précédait une matinée radieuse pour l’ouverture si attendue et tant commentée du magasin E. Leclerc symbole de la rénovation en profondeur du cœur de ville. Daniel Percheron, alors président de région, Michel-Edouard Leclerc dirigeant du groupement, les élus d’Aulnoye-Aymeries, le maire en tête, entouraient Séverine et Laurent Raverdy les propriétaires de l’enseigne aulnésienne pour fêter cet événement (vidéo en bas de page).

Une joie bien sûr mais avant tout un soulagement après autant d’efforts pour réussir à faire entrer 13 400 m2 (dont 12 100 m2 pour le magasin) en plein centre ville. Le maire s’est exclamé : « Enfin nous y sommes arrivés ! Ce rêve fou est devenu réalité ! Quinze ans de travail difficile, ingrat pour y parvenir. Quinze ans pour redynamiser notre cité et son centre ville ». Et surtout deux ans et demi de chantier conduit et financé par le SMTUS, l’AMVS, Conseil général et le Conseil régional pour tour à tour la démolition puis la réfection (ou la création) de voiries, trottoirs, giratoires, éclairage public, espaces verts, assainissement, enfouissement des réseaux et enfin la construction d’un parking gratuit de 680 places. Au cœur de ces travaux, la construction du Leclerc, un projet privé financé totalement à hauteur de 25 millions d’euros par le couple Raverdy.

inauguration E Leclerc 4Le Maire s’est à nouveau justifié sur sa volonté d’accueillir cette enseigne en centre ville malgré les désagréments occasionnés : « Que de discussions sur ce projet tant il était facile de le construire en périphérie sur des terrains libres. Le risque était très grand de voir alors notre centre-ville continuer à s’enfoncer dans la crise jusqu’au coup de grâce ». La plupart des commerçants ne sont pas hostiles à l‘arrivée de la « locomotive » E. Leclerc qui doit tirer le commerce local vers le haut. Premier signe positif a souligné le maire : « Les quelques 3 500 cartes de fidélité délivrées avant l’ouverture du magasin montrent l’intérêt de la population pour ce projet ».

Avec son lyrisme habituel mais surtout avec son acuité de la crise économique, le président Percheron commence son discours sur un mode interrogatif « Quand ils avaient le dos au mur la tâche et le pari de tous les maires du Nord-Pas-de-Calais étaient simples puisque l’industrie s’en va est-ce que nous abandons la ville ou est-ce que nous faisons la ville en espérant que l’industrie reviendra ? » Daniel Percheron cite alors deux exemples significatifs de ces villes qui ont refusé la fatalité : « Roubaix était une ville que l’on fuyait, Roubaix est devenue une grande cité parce que le maire a décidé que la ville devait vivre, elle est aujourd’hui debout, je pense aussi à Jean-Louis Boorlo qui a permis au valenciennois de rêver à nouveau ». Voilà bien le défi lancé à Aulnoye-Aymeries.

Ne pas renoncer et travailler, une notion qui plait évidemment à l’entrepreneur Michel-Edouard Leclerc lorsque vient son tour de s’exprimer. Il aura des mots attentionnés pour le couple Raverdy : « Vous êtes des compagnons très fidèles du mouvement Leclerc, vous venez du salariat, vous vous êtes souvent levés très tôt et ayant beaucoup trimé vous avez trouvé votre voie, votre enseigne ». Le « grand patron » félicite les propriétaires du soin apporté à la réalisation de ce magasin : « Si aujourd’hui Séverine et Laurent Raverdy ont soigné le confort d’achat et de travail de leur magasin ce ne sera certainement pas au détriment du prix et donc le consommateur ne paiera ce surcroit d’esthétique ». Et oui, le commerce, c’est le métier de Michel-Edouard Leclerc…

Le lendemain, le centre ville grouille de monde, c’est un temps quasi estival, on se croirait aux Nuits Secrètes diront certains ! Alors bien sûr comme l’a très justement souligné le président du Conseil régional : « Un hyper ne fait pas le printemps mais il vous montre que l’hiver est derrière nous et qu’une centaine d’emplois ne règle pas le problème insupportable du chômage mais ils vous disent que demain sera différent ».

Témoignages

Bénédicte Robert / Leval / 57 ans hôtesse de caisse : « Je travaille ici depuis 35 ans et j’ai commencé à Minifix puis Prisunic, Super U et je finirai ma carrière à Leclerc… C’est un beau magasin, je pense que les clients seront satisfaits. Pour moi ça représente un grand changement parce que la façon de travailler est différente et surtout parce que j’étais habituée à des surfaces commerciales plus petites. Je ne suis pas inquiète car on connaît la clientèle qui sera contente de nous revoir. Le temps des travaux on a fait l’effort de faire la route pour aller au Leclerc de Bellaing (près de Valenciennes) même si ce n’était pas évident tous les jours. Maintenant, je suis contente de travailler dans un magasin tout neuf. Je ne reconnais plus Aulnoye-Aymeries ».

Audrey Drouart / Aulnoye-Aymeries / 31 ans hôtesse de caisse en CCD Contrat pro : « C’est une opportunité qui peut déboucher sur un contrat à durée indéterminée. Je suis embauchée depuis le 6 mars pour six mois comme hôtesse de caisse… J’ai été recrutée par Pôle Emploi à l’issue de tests de mise en situation notamment… Ce magasin offre des emplois et anime la ville… Dès que je vais chercher mon fils à l’école on me pose des questions sur le magasin, la carte de fidélité, les horaires… Je constate que tout le monde est content surtout pour la gamme de produits et les prix… je me sens utile, c’est valorisant ».


Cinéma : Jalouse
Mardi 12 décembre à 20h00
Médiathèque Pierre Briatte – Auditorium

 


Danse : Happy Hour
Mardi 23 janvier à 20h00
Au 232U – La Florentine

 

Dimanche 10 décembre
FOOT U17 Nat. > Entente ASA Feignies / Caen
Stade Labrosse à 14h30

Samedi 06 janvier
HAND D2F > SAHB / Aunis La Rochelle Perigny
Salle Lempereur à 20h30

>> La saison culturelle